Bamako est risqué… C’est Noël avant l’heure !

Article : Bamako est risqué… C’est Noël avant l’heure !
Crédit:
19 février 2021

Bamako est risqué… C’est Noël avant l’heure !

Parfois, il y a des jours où on ferait mieux de faire ses achats à la boutique du coin. Wallaye ! Jeudi dernier au environ de 20 h 30, il m’est arrivé un truc de dingue ! Laissez-moi vous raconter mon périple.

Après une journée harassante de travail, j’ai eu soudain envie de me faire plaisir, avec de petites gâteries. Ainsi, je me rends dans l’un des supermarchés stylé de la capitale malienne, Bamako. Maintenant, je ne fais plus mes emplettes dans les endroits yougou-yougou-là. Il y a eu de l’évolution dans le portefeuille. Disons que le soleil s’est levé… Comprendra qui voudra.

Je disais, je suis allé au supermarché pour faire de petites courses, avec la prudence dictée par notre nouvelle drôle de vie. Masque, entrée sécuritaire, gel et tutti quanti. Une fois mon panier rempli, je dépose mes achats sur le tapis de caisse et, alors que j’attends mon tour, le billet de 10 000 FCFA avec lequel j’allais payer tombe par terre. C’est là, là que le film commence. Restez avec moi, vous allez comprendre…

Le type devant moi, un gros baraqué, une véritable armoire à glace qui était en train de finir de payer ses achats, se penche lentement et récupère mon l’ahan. Ni Allah, je pensais que c’était une mise en scène… Scénarios de film de Eddy Murphy ou Will Smith. Je tends la main en accompagnant mes remerciements d’un grand sourire (sous mon masque), attendant qu’il me rende mon djèhè.
Mais tout à coup, le mogo me sort ce truc qui m’a laissé sans voix, du genre : « ce qu’il y a sur le sol appartient à celui qui le trouve !« . I ko moun ? Et juste comme ça, le maudia part sans se presser, comme s’il n’avait rien fait de mal. Ça là, c’est manque de respect ou c’est foutaise ? Wallaye, moi-même, je sais pas. Je Wanda sur lui, hein.

J’ai regardé la mousso derrière moi et les gens autour qui avaient assisté à la scène. Ils m’ont tous rendu un regard atterré et incrédule, murmurant des choses entre eux. J’aurais pu appeler la sécurité, mais cela m’a semblé tellement dingue que j’ai voulu régler ça moi-même… En un vraie mogo de djassa. J’ai laissé mes achats par terre et je l’ai suivi sur le parking, pour récupérer mes 10 000 FCFA.
Je me suis rendu compte que deux clients qui étaient près de moi m’accompagnaient, pas mal costauds eux aussi… Ça m’a rassuré, l’autre abruti était vraiment une baraque. Moi aussi, je ne suis petit gabarit hein, mais « on ne connait jamais le caillou qui va tuer l’oiseau ».

Image d’illustration – CP : @sandraidossou de IWARIA.com


Je me suis planté sous son nez, lui demandant mon argent, mais il m’a regardé avec mépris et a agi comme si j’étais invisible. Il a lentement mis ses deux gros cabas par terre pour sortir la clé de sa poche et ouvrir le coffre, et tout d’un coup bis : je me suis dit, « c’est maintenant ou jamais ! »
A la Hussein Bolt, j’ai pris les deux sacs et je lui ai dit : « Ce qu’il y a sur le sol appartient à ceux qui le trouvent !  » et je me suis mis à courir comme un dingue vers ma voiture, entre frayeur et rire, assez content de moi, en fait.
Les spectateurs ont commencé à applaudir et former un cordon de sécurité pour empêcher mon gros malin de me poursuivre. Il n’a même pas essayé. Trop humilié, j’imagine.
Il a rageusement quitté le parking au volant de sa voiture, en abimant des plots de sécurité sur son passage. J’ai ressenti une montée d’adrénaline, de peur et de nervosité, mais ensuite, j’en pleurais de rire.


Quand je suis rentré en piste, j’ai ouvert les sacs et j’ai trouvé :

– 2 kg de grosses crevettes fraîches,
– 2 kg de filet de saumon frais
– des beaux morceaux de fromages et des yaourts
– du pain de mie complet
– 2 paquets de tagliatelles fraîches
– 2 kg de pommes rouges bio
– 1kg de citrons
– 1 kg de poires williams rouges
– 2 grands pots de miel bio
– 1 grand pot de moutarde à l’ancienne
– 2 plaquettes de beurre Président
– 5 Briques de lait
– 1 bouteille de sirop à la menthe
– Un pack de bouteille de Sprite

Je n’avais jamais fait autant d’achats avec 10 000 FCFA, vraie vraie promo là même c’est ça !!!!
Et là je suis en train de me taper un verre de diabolo menthe tout en savourant un curry de crevettes, en me demandant…


Maintenant disons nous les gbès : AVEZ-VOUS LU ÇA JUSQU’ICI ? Cela ne m’est évidemment pas arrivé. C’est juste une campagne pour promouvoir la lecture ! Le texte n’est pas de moi. Juste dégomé un peu seulement, cuisiné à la sauce ivoirienne. La lecture stimule l’esprit et l’imagination, nous fait voyager vers d’autres endroits et aide même à communiquer. Si vous avez vraiment lu, mettez simplement « soutien » en commentaire.

Étiquettes
Partagez

Commentaires

Benedicta
Répondre

Soutien !!! Ce texte je l'ai déjà lu à plusieurs sauces, malgré cela j'aime encore la tienne... LOL