29 janvier 2015 - Ivo Dicarlo

Naturellement dreadlocks from Cameroun.

Communicante - Bloggeuse (http://tjatbass.mondoblog.org/) Human Rights Defender

Communicante – Bloggeuse (http://tjatbass.mondoblog.org/)
Human Rights Defender

Je suis très heureux de t’avoir en notre compagnie pour cette petite entrevue ! Peux-tu te présenter brièvement (où tu vis, et ce que tu fais dans la vie)

Je m’appelle Gaelle Tjat, jeune camerounaise dont les multiples casquettes tournent autour de la Communication et des Droits de l’Homme. Je suis Blogueuse à mes heures perdues et aspirante globe trotteuse.

Tes cheveux sont-ils naturels, si oui depuis combien de temps?

Oui. Tout est naturel chez moi 😉 . Mes dreads, je les porte depuis Octobre 2008.

Pourquoi, les dreadlocks comme coiffure ?

Mes dreads au début marquaient la fin d’une longue période de deuil et le nouveau départ que je prenais dans la vie. Puis, a force de la porter, j’ai constaté que la ligne de dépense consacrée au salon de coiffure avait fini par disparaître de mon budget. Je les ai donc gardé.

Quelle a été ta technique de départ des dreadlocks ?

J’avais coupée mes cheveux a ras avec le gant de toilette pour meilleur ami. A chaque fois que j’avais une minute de libre, je l’employais a solidifier la base. Il faut dire que j’ai été grandement aidée par des cheveux crépus que la nature m’a donnée.

Quelle est ta routine capillaire (les soins effectués au quotidien)?

Je lave mes dreads deux a trois fois par semaine avec un shampoing a base d’huile d’olive. Je les soignent avec une lotion a l’Aloes vera. Je fais appel a mon gant de toilette pour ces deux opérations afin de les maintenir roulés. C’est tout. On m’a parlé des produits pour Dread Locks mais je n’en ai pas encore vu. Encore moins utilisé.

Comment fais-tu pour conserver ta coiffure?

Rien de spécial. Je les lave et les roule. Avec des produits accessibles a tous.

Est-ce difficile de porter des dreadlocks en milieu professionnel ?

Les stéréotypes ont la peau dure. Mais je pense aussi que tout est question de secteur d’activité, de talent et de force mentale. Dieu merci, j’évolue dans un milieu qui m’a vu grandir et qui n’a pas de cadre défini. Pour la majorité de mes collègues, c’est une coiffure comme une autre. Mais j’ai des amis qui ont du se séparer des leurs car ils ne « siéaient » pas au milieu. Mais moi j’ai décidé que même s’il fallait rencontrer le Président de la République, j’irai avec mes dreadlocks. A défaut, il restera dans son palais et moi dans mon bunker. ;).

As-tu déjà rencontré des commentaires désagréables a propos de ta coiffure ?

Des commentaires non. Mais des suggestions du genre  » ta coiffure de tous les jours la ne te fatigue pas? » A tous je réponds : « lorsque le moment sera venu, je le ferai.  »

Quels conseils pourrais-tu donner aux personnes qui souhaiteraient porter des dreadlocks?

Portez-les parce que c’est VRAIMENT votre souhait et non parce que vous aimeriez ressembler à tel ou a untel. Vous feriez bien d’être sacrement talentueux. C’est le seul moyen de faire oublier aux « haineux » votre différence. Car les commentaires ne manqueront pas. Mais si a la base vous avez choisi de les porter pour vous, alors il vous sera facile de les laisser glisser en surface.

Comment peut-on te contacter pour des conseils?

Si vous n’avez pas peur de côtoyer une écorchée vive, alors retrouvez moi a @GaelleTjat sur Twitter.

Au plaisir.

The following two tabs change content below.
Ivo Dicarlo
Africain d'origine malienne et citoyen du monde, parlant français. Je suis un jeune blogueur, ambitieux qui se cherche avant tout. On me définit souvent par ma gaieté et mon côté taquin. Je dirai juste que je suis quelqu’un de vivant et qui profite de la vie comme elle se présente, tout comme la langue française.

Article a la Une / Beauté & Mode / Société cheveux naturels / Dreadlocks / soin capillaire /

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *