Phénomène de société : tchat et cyberprostitution à Bamako.

Article : Phénomène de société : tchat et cyberprostitution à Bamako.
14 août 2013

Phénomène de société : tchat et cyberprostitution à Bamako.

Internaute en plein tchat
Internaute en plein tchat

Après l’essor du téléphone portable dans le quotidien des jeunes citadins d’Afrique subsaharienne, plus précisément Bamakois, se sont lancé tête baissée dans le tchat. Dialogues sur internet, rencontres expresses, une nouvelle façon de communiquer et de vivre les rapports sociaux est née. Toute virtuelle qu’elle soit. Comme le téléphone portable, Internet a changé la vie des citadins en Afrique subsaharienne en particulier les jeunes, qui ont trouvé un espace de liberté et de rencontre. Les cybers Espaces sont plein de filles et de garçons qui tchatent,  c’est-à-dire qui dialoguent en directe par clavier interposé et plus si affinité.

Internet, un autre monde pas aussi virtuel qu’on le croit.
De plus en plus c’est la ruée vers cet outil devenu presque incontournable; mais les jeunes sénégalais sont-ils parés pour affronter les dangers réels qui les menacent sur ce monde encore peu connu des parents ?Ça commence par des chats innocents, puis des dragues, pour aboutir à des relations plus ou moins sérieuses dans le meilleur des cas et à des drames dans beaucoup d’autres.
A Bamako si les cybercafés sont aussi convoités par les filles c’est surtout pour draguer des garçons et leurs lignes de mire s’orientent partout dans le monde. Conséquence de cette situation, la perversion gagne du terrain dans le monde du web malien.

Kibaru online lève le coin du voile sur ce phénomène en parvenant à faire parler devant sa caméra quelques-unes des filles qui en ont fait l’expérience

Le phénomène de tchat dans l’usage d’un grand nombre d’internautes Bamakois de tous les âges : le tchat, une plateforme de canal d’expression et de dialogue entre claviers interposé. Il est devenue par la force des choses détourné de son usage premier par de ces utilisateurs un canal d’expression fort d’arrière pensées où se livre dans le strict anonymat une sorte de prestation de services qui dis pas son nom. Phénomène de société ou une nouvelle manière d’échange ou de partage de points de vue ? La question reste posée à nous les internautes.

De sa simplicité d’utilisation et de l’anonymat qu’il offre,  le tchat constitue un haut lieu de rencontre en tout genre. Pour y accéder, il suffit juste dans un champ de renseignements un pseudonyme, une description de profil et certains nombres d’informations qui pour la plupart sont erronées, et nous voici entrer dans l’univers où toutes les personnes se croisent, se côtoient et se fréquentent.

De ses notoriétés par le nombre de fréquentation par les internautes Bamakois, les plateformes suivante : 123 Love Tcaht suivi de Drague.net. Mais le must du must est Facebook et Badoo, de véritable plateforme de rencontre détournée de leurs usages initiales.

Partagez

Commentaires