15 mars 2015 - Ivo Dicarlo

Quand les mots deviennent des maux.

Je suis passionné par deux choses : Internet et la langue française. Pour moi, écrire n’a jamais été un exercice aussi ardu que maintenant dans la langue de Molière.

Un succulent mélange de subtilité, de métaphores en passant par la rédaction de phrases concises. Un vrai casse tête linguistique. Un effort lié aux moyens d’expression et de communication entre les personnes. Comment s’accorde un adjectif, un participe passé, comment s’écrivent les mots invariables ? Cela me donne mal à la tête et au ventre. L’orthographe: ensemble de règles et usages qu’il faut connaitre pour écrire sans fautes, et qu’on est sensé apprendre a l’école. J’aurais dû ne pas pointer absent a mes cours de français.

Illustration - Crédit: www.babelio.com

Illustration – Crédit: www.babelio.com

Alors d’où vient cette relation passionnée avec l’orthographe? Et que faire lorsque cela devient une souffrance ou une difficulté pour trouver un emploi. Car les fautes d’orthographes ont un prix. Et parfois assez élevé…

Paradoxalement, j’admets faire des fautes d’orthographes mais toujours scandalisé quand j’en découvre une dans un document administratif. En colère contre moi-même, mes fautes d’orthographe me gâchent la vie. Une situation que je suis pourtant loin d’être le seule à vivre. Ces fautes d’orthographe ont des répercutions plus grave qu’il n’y parait. Quand il s’agit d’écrire tout se complique, et le correcteur de mon traitement de texte n’arrange pas la situation. Rédaction d’articles, tweets, commentaires sur les réseaux sociaux; écrire est pour moi un enjeu majeur. J’espère ne jamais tomber sur le chemin du site Bescherelle ta mère, un redresseur de tort. Il traque les erreurs avec humour et insolence sur la toile.

« J’ai toujours eu de petites difficultés en orthographe. J’ai vraiment commencé à me rendre compte dans les études supérieures. Ça passait par des petits points en moins, des petites remarques de profs avec toutes les pléiades de matières enseignées en cours, du coup l’orthographe on a tendance a délaissé un peu alors qu’on ne devrait pas en faite. » un anonyme.

On en rigole. Rigolons bien, mais à l’approche sur le marché du travail, on en prend conscience de se remettre à niveau. Sur le marché de l’emploi, les recruteurs/employeurs deviennent impitoyables. Fautes d’orthographe égale incompétence. Une attitude radicale, affirmant que l’avenir économique des sociétés en dépend.

« Il y a certains CV qui m’ont intéressé, mais après la lecture de leurs lettre de motivation, je ne les donne pas leur chance. Parce que je n’ai pas le temps. On est une entreprise de communication digitale avec de la communication vingt-quatre heures sur vingt-quatre, temps réel. C’est à dire, quand on répond a un tweet, un commentaire on doit être capable de répondre en live sans fautes d’orthographe. Et c’est les nouvelles compétences qu’on cherche, et qu’on a beaucoup de mal a trouvé » Recruteur, société de rédaction Web.

A savoir pourquoi a t’on aussi peur de la faute d’orthographe?

« Il ya une crainte, parce qu’on va être jugé. On ne va pas être pris au sérieux. On va être décrédibilisé. Je compare souvent cela à quelqu’un qui s’habille n’importe comment, avec de vieux vêtements troués » Guillaume Terrien, champion de France d’orthographe.

En effet l’idée numéro un est l’utilisation des SMS, les texto en phonétique qui sont en partie responsable de nos fautes d’orthographe, très Souvent montré du doigt. Une véritable menace pour le niveau d’orthographe au sein de la jeune génération, en cette ère de dialogue intense sur les réseaux sociaux. Vrais ou Faux? Je ne sais pas.

Pour ma part, je vous invite a une remise à niveau, s’il y a lieu sur orthodidacte, un site d’aide a l’écriture. Comment travaille son orthographe.

[media width= »600″ height= »300″ link= »https://youtu.be/J2Fpu3q3HHY »].

The following two tabs change content below.
Ivo Dicarlo
Africain d'origine malienne et citoyen du monde, parlant français. Je suis un jeune blogueur, ambitieux qui se cherche avant tout. On me définit souvent par ma gaieté et mon côté taquin. Je dirai juste que je suis quelqu’un de vivant et qui profite de la vie comme elle se présente, tout comme la langue française.

Article a la Une / Politique / Société fautes d'orthographe / Français / mots /

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *