26 mai 2015 - Ivo Dicarlo

Mali: pays de fiers guerriers de la savane ancestrale

« Je voudrais que la France comprenne que le Mali n’est pas un pays de constipés mentaux »

La journée du 26 mai 2015 restera, sans doute, l’une des plus riches en émotion dans la capitale malienne. Une marche pacifique organisée par les organisations de la société civile et certains leaders d’opinion, après le non-respect des accords signés du 15 mai dernier par les différents belligérants de la crise sociopolitique et sécuritaire en zone septentrionale du Mali. Et également après la récente attaque qui a coûté la vie aux valeureux soldats maliens dans le nord du pays.

IMG_20150526_085503On note que l’appel des différents organisateurs de l’événement a eu un large écho. On a constaté la forte mobilisation de la population de la cité des 3 caïmans, en ce jour. Des jeunes, des vieillards, des femmes même certains adolescents, issus de divers couches sociales, professionnelles et religieuses étaient dans la foule des marcheurs. Des citoyens épris de paix, dans un élan de patriotisme en soutien au président de la République pour ces nombreux efforts consentis à la bonne résolution de cette crise malienne.

Les participants scandaient pour certains l’hymne national et d’autres arboraient des pancartes avec des slogans hostiles à la France, et à certains groupes de médias.IMG_20150526_085253

Kibaru Online dans sa quête de l’actualité a tendu son micro pour recueillir les impressions des uns et des autres.

Un intervenant du troisième âge : « Le Mali, c’est notre patrie. J’exhorte la jeune génération à faire acte de patriotisme face à cette situation périlleuse que nous vivons actuellement. Car nous, personnes âgées ne constituons plus le relais de la nation. A défaut de cet engagement, les jeunes perdront le Mali que leurs ancêtres leur ont légué en héritage au prix d’âpres sacrifices. »

« Maliens, nous sommes tous frères et sœurs. Ayez une pensée en référence aux actes posés par nos ancêtres dans la société. Donc si un malheur s’abat sur une de nos localités, s’est comme si tout le territoire est dans cette situation. Pensons à l’unicité et à la fraternité. Nous ne devons nullement tolérer le fait qu’une certaine minorité puisse s’accaparer le dur labeur d’une grande majorité, dans le dessein de nuire a l’intégrité et a l’unité nationale. Je dis non et non à cet état de fait », ajouta une femme d’une trentaine d’années.

IMG_20150526_085529« Moi, je place la marche d’aujourd’hui dans la cadre de la paix. Mais personnellement je voudrais que la France comprenne que le Mali n’est pas un pays de constipés mentaux. Nous avons tout compris. Et nous comprenons exactement ce que la France est en train de jouer. Donc, nous voulons que cela cesse. Nous ne voulons pas d’une situation pire, comme ce qui s’est passé avec les Nations unies dans certains pays africains », conclut un jeune étudiant.

The following two tabs change content below.
Ivo Dicarlo
Africain d'origine malienne et citoyen du monde, parlant français. Je suis un jeune blogueur, ambitieux qui se cherche avant tout. On me définit souvent par ma gaieté et mon côté taquin. Je dirai juste que je suis quelqu’un de vivant et qui profite de la vie comme elle se présente, tout comme la langue française.

Article a la Une / Politique / Société Accord de paix / bamako / Marche du 26 Mai / Société civile /

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *