7 avril 2015 - Ivo Dicarlo

Mali : Forte pluviométrie, calvaire des riverains de la cité des trois caïmans

Dans la soirée du lundi dernier, certaines communes de la capitale ont connue les caprices de dame nature. Une force pluviométrie avec des grandes rafales de vent. Cela a été une pluie très abondante et dévastatrice, en a croire les dégâts constatés. Toitures envolées, branches arrachées d’arbres ou presque déracinées, entrave a la circulation des eaux, les caniveaux pleins d’eau de ruissèlement débordant sur le bas coté, les égouts bouchés par des ordures ménagères déversées a l’intérieur, sans parler de l’état du goudron envahit de boues pêle-mêle a un amas de débris.

Illustration de Bamako - Crédits: maliactu.net

Illustration de Bamako – Crédits: maliactu.net

Atmosphère générale dans lequel, les citadins vaguent à leur occupation journalière, dans l’indifférence des uns et la stupéfaction des autres. Cela est du a la canicule, qui a sévit ces derniers jours. Le thermomètre a explosé envoisinant les 35 degré. Alors que nous sommes d’en début de la saison sèche. Phénomène étrange, peut être dû aux conséquences du réchauffement climatique planétaire. Pourtant pas plus tard que hier, les services de météorologie n’ont nullement fait mention d’une telle prévision. L’incompétence, acte de routine au pays de LadjiBrouma, l’empereur du Mali. Alors avis de vigilance au troisième âge, et s’abriter à l’ombre de végétations touffues pour les autres.

Provisoirement, il été communiqué de cas de blessés légères, suite aux débris projetés par les mouvements d’air. Cet événement rappelle celui de la douloureuse période de l’hivernage d’Aout 2013, où Bamako a eu son lot de désarroi avec un lourd bilan matériel et humain : 53 morts à Bamako, après des inondations meurtrières.

Un bilan assez différent selon les quartiers traversés. Tandis qu’en périphérie de la capitale, on n’a pas constaté une seule goute de pluie. Alors qu’au centre ville, c’était le déluge de Noé version Bamakoise. Qu’est ce qu’on a fait au bon dieu, pour mériter un tel acharnement de la nature, pour ne pas dit du destin ?

Après la pluie vient le beau temps…

Mais heureusement cette fois-ci, la municipalité en partenariat avec une entreprise maghrébine, a un atout de taille, pour remédier a cette situation : Ozone Mali du Groupe Ozone. C’est une structure d’initiative marocaine destiné à l’assainissement et la propriété de la ville. Tache de bon entretien par un nettoyage régulier qu’elle fait preuve depuis sa venue dans la capitale malienne. Bamako, la coquette a retrouvé sa fière allure d’antan. Artères propres, avenues luisantes, rues dépourvues d’ordures ménagères, ainsi que les poubelles aux différentes rues, et le nouveau aspect de la capitale rend très joyeux ces citadins. Les espaces verts n’ont jamais été aussi un havre de paix réveillant de douces souvenirs et apaiseant les angoisses, qui assaillent la population.

The following two tabs change content below.
Ivo Dicarlo
Africain d'origine malienne et citoyen du monde, parlant français. Je suis un jeune blogueur, ambitieux qui se cherche avant tout. On me définit souvent par ma gaieté et mon côté taquin. Je dirai juste que je suis quelqu’un de vivant et qui profite de la vie comme elle se présente, tout comme la langue française.

Article a la Une / Santé / Société Assainissement & proprété / bamako / Groupe OZONE / Mali / Pluviométrie /

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *