Vendeur de viande ( Crédit photo : MaliActu)

13 août 2014 - Ivo Dicarlo

Affaire de prix de viande à Bamako….

Vendeur de viande ( Crédit photo : MaliActu)

Vendeur de viande ( Crédit photo : MaliActu)

C’est reparti, hausse de prix de la viande à Bamako! Au Mali, l’augmentation du prix de la viande inquiète sérieusement les consommateurs. Tous les types de viande sont concernés : bœuf, mouton, poulet et même le porc, qui reste marginalement consommé dans ce pays à majorité musulmane. La raison de cette hausse des prix : la pénurie de pâturage et la flambée des prix de la nourriture pour le bétail.

Et depuis le début de l’hivernage, les bœufs sont devenus très chers, et les vrais taureaux bien en chair sont même rares. Il y a 3 mois, un bon taureau coûtait entre 175.000 et 250.000 Fcfa selon le poids. Mais aujourd’hui, il faut débourser entre 300.000 voire 350.000 Fcfa pour le même animal. Nous n’avons donc pas d’autres choix que de réorganiser un peu les prix », explique le boucher. Cette hausse marquée a obligé des ménagères à rogner sur la quantité de viande habituellement consommée dans leurs foyers, d’autres se sont simplement rabattu sur les abats ou s’efforcent de jongler avec les poissons de mer et les poissons fumés. Mme Mariam Fofana, une ménagère avertie, déplore cette situation. « Ce qui est récurrent, c’est que chaque année, nous assistons impuissants à la même situation à l’approche de l’hivernage mais une fois passée la tempête, les prix ne baissent plus. Maintenant, nous sommes obligés de nous rabattre sur le poisson fumé. Et ce produit aussi est en train de renchérir. On ne sait donc plus à quel saint se vouer », souligne cette ménagère en souhaitant l’implication des autorités en charge du commerce pour le suivi de ces produits. Il faut noter que la flambée de la viande ne concerne pas seulement la seule capitale de Bamako.

The following two tabs change content below.
Ivo Dicarlo
Africain d'origine malienne et citoyen du monde, parlant français. Je suis un jeune blogueur, ambitieux qui se cherche avant tout. On me définit souvent par ma gaieté et mon côté taquin. Je dirai juste que je suis quelqu’un de vivant et qui profite de la vie comme elle se présente, tout comme la langue française.

Politique / Société bamako / hausse de prix / Viande /

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *